Lecture: Les angles morts d’Alexa Conradi

[…] Lire ou ne pas lire? Lire! J’ai été agréablement surpris par ce livre. J’ai tellement lu de livres sur le féminisme récemment que je pensais ne pas y trouver beaucoup de sujets différents de ceux lus dans les autres livres. Je me trompais. En plus, l’auteure arrive rarement avec des solutions toutes faites, mais vise surtout à favoriser la réflexion.

Lire sur Jeanne Emard

Plus…

Amour et argent: couples de même sexe, gestion différente?

Deux gars, deux filles, ça gère pareil? Mais oui et re-oui, ici aussi! Tout pareil! Couples gais, couples lesbiens, on n’observe pas entre eux de différences statistiquement significatives. […]

Et quand le couple vieillit? Pareil et re-pareil. Comme dans les couples hétérosexuels, plus la durée de vie commune est longue, moins on fonctionne sur le principe du partage des dépenses (50-50 ou au prorata). Il en va de même pour les couples mariés. Homos ou hétéros, ils mettent davantage leurs revenus en commun. À vrai dire, rien d’étonnant à cela puisque, au Québec particulièrement, jeunes mariés ne veut pas dire jeunes couples. Le plus souvent on se marie après avoir testé la relation pendant quelques années.

La conclusion de tout ceci, c’est que, tout comme l’amour (d’ailleurs, c’est dans le titre, il y a un lien), la gestion des finances se moque manifestement de l’orientation sexuelle des conjoints qu’elle unit.

Lire sur Urbania

Plus…

Antiféminisme: les réactionnaires contre-attaquent!

Suis-je la seule à avoir envie de dévorer tout ce qui est édité chez Remue-ménage? […]

Sans donner de réponses à ces questions, Les Antiféminismes: Analyse d’un discours réactionnaire rassemble des regards lucides sur ceux qui bénéficient de l’inégalité des sexes, qui ont tout intérêt à l’entretenir et qui pour cela n’hésitent pas s’organiser face aux individus et collectifs qui leur tiennent tête. Ça mérite bien un titre en plus sur votre liste de livres à lire!

Lire sur Je suis féministe

 

Plus…

Faire face au vent

Dans ce collectif où les textes ont été «récoltés» plutôt que dirigés par Marie-Anne Casselot et Valérie Lefebvre-Faucher, on se fait à la fois happer et porter. D’abord par l’urgence et la gravité des questions qui y sont posées et, ensuite, par le soin et la souveraineté de chacune des voix qui proposent des moyens plutôt que des réponses, des idées au lieu des consignes. […]

Je dois à Pattie O’Green d’avoir ranimé mes désirs d’enfants perdus et de pays imaginaire. «Apprendre le langage de la lenteur et savoir improviser des rituels», écrit-elle, «rien de plus envoûtant qu’une présence invisible qui ne laisse que des indices.» Sauf peut-être celle, chorale et phosphorescente, des lucioles dont est fait le féminisme.

Lire sur Lettres québécoises

Plus…

Réinventer le réel, le reconstruire de toutes pièces

Le livre entrelace les données sociologiques (faits et statistiques) et le récit de réalités individuelles (expériences, constats et prises de conscience), sans oublier de rendre compte, grâce à de mystérieux artéfacts (tract, croquis et zine), des actions de la galvanisante Coalition de la Robe. C’est ce mélange des tons qui rend l’essai aussi accessible, c’est-à-dire théorique et alarmiste en même temps que concret et ludique. […]

Ainsi, ce que l’ouvrage cristallise, qui plus est sous une forme pas banale, ce sont les premières étapes de ce qui pourrait bien être un renouveau féministe au sein du milieu théâtral québécois. C’est sans contredit un mouvement que Garneau, Milot et St-Laurent décrivent tout en y appartenant, un élan dont la conviction et la précision suscitent de grands espoirs.

Lire sur Lettres québécoises

Plus…

L’absente de tous bouquets

Pour pallier l’absence et perpétuer la mémoire, les Éditions du remue-ménage proposent un Agenda des femmes 2018. En plus d’inclure une cinquantaine d’extraits d’œuvres littéraires écrites par des femmes, l’Agenda a permis à une douzaine d’autrices de s’exprimer sur le travail d’une écrivaine qui les habite, amalgamant ainsi leurs univers intime et littéraire. Lectrices, nous sommes aussi conviées à amalgamer ces deux univers, à joindre la notation de nos douleurs mensuelles à nos lectures du moment. L’Agenda des femmes littérarise notre quotidien, sublime la mémoire individuelle pratico-pratique – se souvenir de mes rendez-vous – en mémoire collective – se souvenir de toutes ces autrices qui ne figureront peut-être jamais dans les manuels d’histoire littéraire.

Plus…