Tasse-toi matante

[…] Trouvé plusieurs paragraphes sur l’âgisme dans le dernier essai, Le boys club, de Martine Delvaux, la féministe dont on parle le plus depuis deux semaines. « Arrêtés dans une jeunesse éternelle, les boys ne vieillissent jamais, l’apparition de cheveux blancs et de rides étant socialement valorisée, contrairement au sort fait aux femmes qui avancent en âge. […] Les hommes sont non seulement partout, mais ils sont éternels, du moins ceux qui sont en position de pouvoir. » Un livre brillamment rédigé, fort bien documenté sur tous les aspects des boys clubs, dont on ressort un tantinet ou très indigné(e)s. Et j’adore cette phrase : « Donald Trump est à lui seul un boys club. »

Lire sur Le Devoir

Plus…

Ma-Nee Chacaby : de survivante à guérisseuse

[…] Malgré la dureté de plusieurs chapitres où l’autrice décrit toute la violence et les abus qu’elle a subis, son livre reste une ode à l’espoir. Par sa résilience et son courage, Ma-Nee s’attaque à la fatalité et rompt le cycle des traumas intergénérationnels qui ont accompagné toute sa lignée. Elle nous offre ainsi un récit inestimable, car d’une grande rareté, qu’elle a écrit grâce à l’aide de son amie de longue date, Mary Louisa Plummer.

Ma-Nee Chacaby et Mary Louisa Plummer ont d’ailleurs remporté pour cet ouvrage le prix Alison Prentice, qui récompense le meilleur livre en histoire des femmes ontariennes, pour l’année 2017.

Lire sur À bâbord!

Voir le sommaire du numéro 81

Plus…

Les cis clubs existent aussi

Après l’entrevue de Martine Delvaux à Tout le monde en parle lors de l’épisode du 20 octobre dernier, on a beaucoup parlé des boys clubs.

Pour le rappel, dans son livre, Martine Delvaux décrit le boys club comme « cet univers clos réservé aux hommes [où] le pouvoir se relaie et se perpétue à la façon d’une chorégraphie mortifère. » Elle explique aussi que le boys club influence encore notre société:  « Le boys club n’est pas une institution du passé. Il est bien vivant, tentaculaire: État, Église, armée, université, fraternités, firmes… et la liste s’allonge. » […]

Lire sur Ton petit look

Plus…

Discussion sur les menstruations avec trois ados

Discussion avec trois jeunes de 14 ans sur l’indispensable LES RÈGLES… QUELLE AVENTURE! à « Du côté de chez Catherine » hier! 😮

Qu’en ont-ils pensé?

Laura: «Je l’ai trouvé très très complet… Je le recommanderais à tout le monde!»
Salma: «Je le recommanderais encore plus aux garçons, puisque c’est un sujet qui leur est totalement inconnu et les connaissances sont à la base de tout savoir!»
Xavier: «C’est un livre que je trouve assez mature et humoristique. Mes amis trouvaient étonnant que j’aille parler de menstruations à la radio.»

Écouter sur ICI Radio-Canada Première

Plus…

«Le Boys Club» de Martine Delvaux: l’entre-soi au masculin

[TV5MONDE] Est-ce que vous croyez à une prochaine génération d’hommes plus ouverts, plus féministes?

[Martine Delvaux] Bin oui, j’y crois. Je suis optimiste et je la vois déjà. J’ai reçu énormément de messages de gens qui me remercient d’avoir écrit ce livre et parmi eux énormément d’hommes jeunes et moins jeunes.

Écouter sur TV5MONDE

Plus…

Martine et le boys club

En route vers la radio, je me suis demandé ce que je devrais dire à mes filles pour les aider à briser ce plafond de verre. Ne trouvant pas les mots, j’ai appelé nulle autre Martine Delvaux et lui ai demandé conseil. Voici ses trois recommandations :

  1. Arrêtez de vous poser 1000 questions et reconnaissez tout de suite votre valeur. Arrêtez de stresser, de vous demander toujours si vous êtes assez bonnes et foncez! Ne doutez pas de vous et oser demander à accéder à des postes élevés même s’il n’y en a pas d’affiché.
  2. Continuez d’étudier et n’écoutez pas quand on vous dit qu’il y a plus de filles dans un programme ou autre discours discriminatoire du genre. Vous avez votre place. Vous avez travaillé. Vous l’avez gagné.
  3. Et vous les femmes, apprenez à reconnaître les boys club et ne vous laissez pas écarter. Que ce soit un match de hockey entre collègues ou encore une partie de poker auxquels les filles ne sont pas invitées, il se brasse inévitablement des affaires à votre insu. Imposez-vous dans les relations d’affaires en allant par exemple aux activités de réseautage.

Lire sur Mitsou magazine

Plus…

La révélation de Mitsou…

[Mitsou Gélinas] J’ai parlé à Martine Delvaux et elle-même qui a écrit le livre Le boys club m’a dit: « non non, il ne faut pas que tu dises aux filles d’être des gars, il faut juste que tu dises aux filles de se permettre d’avoir des couilles! » Il faut reconnaître nos propres valeurs aussi, demander à accéder à des postes qui ne nous sont pas proposés. Les femmes, sachez reconnaître les boys club et ne vous laissez pas écarter par le réseautage des collèges!

Écouter sur Rythme 105.7

Plus…