Coups de théâtre en quatre pièces

[…] Il est question de fantasmes, de pulsions, de risques, de domination, de douleur, dans Kink, mais aussi de vulnérabilité, de bienveillance, de respect (notamment de soi-même), de communication. Il est surtout question, ici, de consentement.

Piquent-ils la curiosité en proposant une incursion aussi sincère que crue dans le milieu BDSM dans lequel elle et lui évoluent? Oui. Titillent-ils les sens en permettant au lecteur de les accompagner dans leur quête d’assouvissement jusque dans le donjon, par exemple? Pas du tout ou peut-être un peu, voire beaucoup, selon la personne qui acceptera de les y suivre.

Tour à tour lyrique et explicite, le texte de Pascale St-Onge et Frédéric Sasseville-Painchaud n’a rien de racoleur ni d’exhibitionniste. Il se lit plutôt comme une invitation consensuelle à jouer avec elle et lui pour mieux cerner sa propre curiosité érotique.

Lire sur Radio-Canada ICI Ottawa-Gatineau