Les difficultés de s’avouer lesbienne à l’adolescence

La pression du modèle hétéronormatif, qui célèbre un roi et une reine au bal des finissants et un premier baiser magique entre deux personnes du sexe opposé enfermées dans une garde-robe pendant le jeu 7 minutes in heaven, rend vulnérables les adolescentes. Christelle Lebreton en vient à affirmer que le besoin de se conformer restreint la découverte de soi-même, car «l’identité féminine repose, jusqu’à un certain point, sur le statut sexuel et la réputation, c’est-à-dire que l’apprentissage de la sexualité par les filles est plus fortement contraint et contrôlé que celui des garçons».

Plus…

L’absence de modèles chez les jeunes lesbiennes

[Christelle Lebreton] L’obstacle majeur pour rencontrer les lesbiennes à travers l’histoire et qu’elles rencontrent toujours aujourd’hui, c’est l’invisibilité. Elles ne connaissent pas de femmes lesbiennes, que ce soit des artistes ou des politicienne, elles ne sont pas visibles dans les livres d’histoire, pas visibles en littérature, donc pour des adolescentes, le lesbianisme, ça n’existe pas. […] Si on ne sait pas que quelque chose existe, comment peut-on s’y identifier?

Écouter sur ICI Radio-Canada Première

Lire sur ICI Nouveau-Brunswick

Plus…

Ces jeunes filles qui se sentent «seules au monde»

C’est officiel: très peu de femmes québécoises connues du grand public s’affichent haut et fort en tant que lesbiennes. Pour une Ariane Moffatt, combien de Dany Turcotte, Alex Perron et autres Jasmin Roy? Quel impact pour les jeunes filles d’aujourd’hui? C’est précisément la question que pose l’auteure et chercheuse Christelle Lebreton, qui publie ces jours-ci un rare ouvrage sur la question: Adolescences lesbiennes, de l’invisibilité à la reconnaissance, aux Éditions du remue-ménage. Cinq points pour comprendre un enjeu dont on parle trop peu.

Lire sur La Presse+

Plus…