Amour et argent: couples de même sexe, gestion différente?

Deux gars, deux filles, ça gère pareil? Mais oui et re-oui, ici aussi! Tout pareil! Couples gais, couples lesbiens, on n’observe pas entre eux de différences statistiquement significatives. […]

Et quand le couple vieillit? Pareil et re-pareil. Comme dans les couples hétérosexuels, plus la durée de vie commune est longue, moins on fonctionne sur le principe du partage des dépenses (50-50 ou au prorata). Il en va de même pour les couples mariés. Homos ou hétéros, ils mettent davantage leurs revenus en commun. À vrai dire, rien d’étonnant à cela puisque, au Québec particulièrement, jeunes mariés ne veut pas dire jeunes couples. Le plus souvent on se marie après avoir testé la relation pendant quelques années.

La conclusion de tout ceci, c’est que, tout comme l’amour (d’ailleurs, c’est dans le titre, il y a un lien), la gestion des finances se moque manifestement de l’orientation sexuelle des conjoints qu’elle unit.

Lire sur Urbania

Plus…

Amour et argent: si l’argent n’a pas d’odeur, aurait-il un sexe?

Admettons. Vous êtes un couple établi. Au quotidien, côté finances, vous mélangez un peu tout. Surtout depuis que vous avez des enfants. L’un se charge des vêtements des enfants, des frais de garde, des soins médicaux; l’autre des gros électros, de la voiture, des placements. Au bout du compte chacun investit dans le ménage de la même façon ou à hauteur de ses moyens. Tout cela vous semble bien équitable.

Admettons maintenant : vous vous séparez (ça arrive aux meilleurs d’entre nous), vous n’êtes pas mariés (ça arrive aussi, c’est même une spécialité québécoise mondiale), vous êtes une femme (une chance sur deux). Eh bien, chère madame, nous sommes au regret de vous annoncer que vous risquez d’y laisser quelques plumes. […]

Lire sur Urbania

Plus…

Amour et argent: «Au Québec, les femmes ont toujours géré l’argent», c’est-tu vrai?

[…] Si les hommes étaient si peu impliqués dans la gestion de l’argent, c’est tout simplement parce qu’il ne restait plus rien à gérer : tout l’argent passait dans les dépenses de survie (manger, se loger, se chauffer, s’habiller). Or la survie, le quotidien, c’était le rayon de Germaine.

Mais dès lors que le ménage était un peu plus riche et que de l’argent survivait au quotidien, c’était monsieur qui s’occupait du surplus. C’est lui qui veillait aux grosses dépenses, aux investissements et aux placements. […]

Lire sur Urbania

Plus…

Amour et argent: Pourquoi l’argent est-il le nerf de la guerre?

[…] On peut parler du prix du pain et des factures d’Hydro. Mais évoquer les apports de chacun au ménage, en temps ou en argent, et s’assurer qu’elles soient justes, discuter de capacité d’épargne et de retraite, s’assurer que chacun puisse s’assumer financièrement en cas de rupture (ou de décès)… à quoi bon? Puisqu’on s’aimera toujours et puisque, même si on se sépare, on s’aimera quand même assez pour ne pas se nuire. On se fait confiance après tout.

Entre amoureux, parler d’argent, c’est presque sale. C’est tabou.

Ça fait gratteux. […]

Lire sur Urbania

Plus…

D’amour et d’argent: exploration de la face cachée du couple

15 novembre 2017

19h00-20h30

Grande Bibliothèque

Salle M.450

Des effets de l’idéal amoureux sur l’économie du couple et de leurs conséquences à long terme

Par Hélène Belleau et Delphine Lobet, sociologues et auteures du livre L’amour et l’argent

Présenté par la Caisse de dépôt et placement du Québec et la Fondation de BAnQ

Plus…