Anthologie de la poésie des femmes au Québec des origines à nos jours

Récemment publiée aux éditions du Remue-ménage, l’anthologie préparée par Nicole Brossard et Lisette Girouard nous permet, non seulement de renouer avec la poésie, mais aussi de découvrir ou de redécouvrir le pouvoir sensuel des mots, de nous laisser happer par la colère, le désir, et la révolte des poètes. Les auteures définissent les contextes socioculturels, partagent avec nous leurs coups de cœurs, tracent des liens très intéressants entre les poèmes, bref nous donnent à lire le meilleur des poèmes écrits par des Québécoises. Le tout préparé avec amour pour l’amour des poèmes et pour l’amour des femmes, pour celles et ceux qui s’intéressent à la poésie des femmes québécoises ou veulent la découvrir. Parce que l’affranchissement, l’ambition et toutes les quêtes des femmes passent par l’écriture, par la prise de parole, les poètes exorcisent nos craintes et nous font aller toujours un peu plus loin. Une lecture incontournable.

Lire sur Fugues

Plus…

ANTHOLOGIE DE LA POÉSIE DES FEMMES AU QUÉBEC: LIBRE D’ÊTRE

Soucieuses de témoigner des dernières avancées de la poésie au féminin, Nicole Brossard et Lisette Girouard présentent la réédition d’une anthologie d’abord parue en 1991. Outre l’actualisation des textes existants, 12 jeunes voix ont été ajoutées au concert, portant à 138 le nombre de nos poètes répertoriées.

Dans une introduction substantielle, les auteures identifient les différences formelles et les préoccupations qui séparent Marie de l’Incarnation (17e siècle) de Tania Langlais (née en 1979). Les dénominateurs communs, aussi, ou les réponses données dans le poème à des questions récurrentes. Si le survol de la production ne révèle qu’un courant propre à la poésie des femmes, soit le féminisme, on établit ici une foule de rapports entre le corpus d’une époque et les croyances et valeurs de cette même époque.

Plus…

Nicole Brossard et Lisette Girouard: nouvelle anthologie de la poésie des femmes au Québec

[…] Dans leur nouvelle préface, les auteures soulignent que le risque, l’audace et la passion qu’elles avaient associés aux périodes correspondant au féminisme et aux solidarités porteuses d’énergie et de projets ont fait place dans la production des douze dernières années à une poésie plus intime. Elles remarquent aussi que l’expérimentation ludique, l’intertextualité et les transgressions rebelles sont extrêmement rares dans la poésie récente.

On ne peut manquer de s’interroger sur le nombre élevé, plus d’une trentaine, des poètes retenues dans l’anthologie qui n’ont publié qu’un seul recueil, ou sur les raisons qui ont porté une poète de grande valeur comme Fernande Saint-Martin à attendre 1985 pour publier une rétrospective de son œuvre poétique commencée en l953.[…]

Lire sur le blogue Sisyphe

Plus…