La cheek-list du printemps 2019: 4 essais féministes pour refaire le monde

Corps accord commence par déconstruire les normes sexuelles québécoises, en les replaçant dans le contexte de la colonisation. Très accessible et exhaustif, l’ouvrage aborde des sujets qui font l’actualité, comme les violences médicales, l’intersexualité, les poils, la grossophobie ou encore le consentement enthousiaste. Les autrices ont procédé comme leurs aînées, en recueillant des centaines de témoignages de leurs concitoyennes. Elles conservent ainsi la spécificité d’OBOS, c’est-à-dire sa démarche de réappropriation du corps par les femmes et les personnes non binaires elles-mêmes. Le propos du livre est simple, le rendant accessible dès le plus jeune âge. Pourtant, la vision inclusive et saine de la sexualité et du rapport au corps qu’il promeut est encore loin d’être normalisée. À mettre entre toutes les mains, donc. En attendant que la version française Notre corps, nous-mêmes, paraisse, si tout se passe bien, en septembre prochain. […]

Lire sur Cheek Magazine

Plus…

Repenser nos rapports

Corps accord, une oeuvre réalisée par Nesrine Bessaïh et la CORPS féministe, est une adaptation québécisée du grand classique de la littérature féministe, Our bodies, Ourselves, publié en 1971 aux États-Unis. Corps accord vient combler un vide dans la production féministe québécoise et il deviendra très certainement l’abécédaire des connaissances et pratiques sexuelles au Québec. […]

Le livre regorge de références qui permettent d’approfondir la réflexion et de situer les informations qui sont présentées. Par exemple, en entrée de jeu, on explore les dix fondements de la sexualité humaine selon l’association Femmes autochtones du Québec. À travers ces premières pages, on apprend, avec un pincement au cœur, comment la colonisation a grandement affecté la vie sexuelle des femmes des Premières Nations.

Lire sur Je suis féministe

Plus…

Relire la sexualité féministe

[…] Corps accord nous rappelle surtout que la sexualité humaine est un terreau fertile pour susciter une réflexion quant à l’état du zeitgeist, de nos relations avec les autres et notre rapport au(x) corps. Et que sans cesse nous avons besoin de resituer notre subjectivité par rapport à un sujet en perpétuelle évolution.

Lire sur Le Devoir

Plus…