Faire face au vent

Dans ce collectif où les textes ont été «récoltés» plutôt que dirigés par Marie-Anne Casselot et Valérie Lefebvre-Faucher, on se fait à la fois happer et porter. D’abord par l’urgence et la gravité des questions qui y sont posées et, ensuite, par le soin et la souveraineté de chacune des voix qui proposent des moyens plutôt que des réponses, des idées au lieu des consignes. […]

Je dois à Pattie O’Green d’avoir ranimé mes désirs d’enfants perdus et de pays imaginaire. «Apprendre le langage de la lenteur et savoir improviser des rituels», écrit-elle, «rien de plus envoûtant qu’une présence invisible qui ne laisse que des indices.» Sauf peut-être celle, chorale et phosphorescente, des lucioles dont est fait le féminisme.

Lire sur Lettres québécoises

Plus…

Coup de cœur de Geneviève Morin

[Geneviève Morin] J’ai été agréablement surprise que les dix femmes à qui on a demandé d’écrire soient de tous les horizons. Leur point commun, c’est qu’elles sont toutes militantes sur le terrain. Ça donne une fraîcheur, une diversité de textes écrits dans une langue assez accessible. Ce livre m’a insufflé un vent d’optimisme! […] Si vous ne connaissez pas l’écoféminisme, lisez ce livre-là, il y a une fabuleuse introduction qui l’explique et les articles sont tous plus intéressants les uns que les autres.

Écouter sur CKIA

Plus…

De l’importante union entre féminisme et écologie

Je ne connaissais pas l’écoféminisme avant de lire ce livre, et je dois avouer que j’avais de la difficulté à comprendre comment on pouvait réunir le féminisme et l’écologie. J’avais des préjugés, m’imaginant un mouvement de hippies qui ne me concerne pas. Or, j’ai vite réalisé que j’avais tort. Certains textes m’ont parlé plus que d’autres, comme celui d’Élise Desaulniers sur le véganisme. Ou encore, celui de Jacinthe Leblanc sur le Plan Nord, qui fait écho à une réalité que je vis en tant qu’Abitibienne. 

Plus…

L’écologie à l’honneur

L’écoféminisme, c’est comprendre les similitudes entre le patriarcat et l’exploitation de la nature; c’est une philosophie qui unit à la fois les pensées féministes et écologistes. Les auteures de cet ouvrage proposent ainsi des stratégies de résistance, notamment en lien avec la décentralisation du pouvoir, la décolonisation, le droit aux animaux et les projets d’exploitation des ressources, et bien plus encore.

Plus…

Nouveauté | Faire partie du monde

Voici un ouvrage qui vient combler un vide autant dans les universités que dans les mouvements écolos, citoyens et féministes de la francophonie. En effet, jusqu’à ce jour, très peu de textes originaux en français ont été publiés sur les écoféminismes. Il vous le faut!

Plus…

La densité de l’être dans des environnements en mutation

[…] Les auteures de Faire partie du monde (Remue-ménage) — Catherine Beau-Ferron, Ellen Gabriel, Anna Kruzynski, Maude Prud’homme, entre autres — vont aussi le rappeler dans cet ouvrage collectif et réflexif sur l’écoféminisme, présenté comme la clé pour comprendre les mutations du monde et favoriser sa préservation, selon elles. À l’intérieur, l’environnement va être opposé pas seulement à des gaz à effet de serre, mais aussi à la démocratie locale, à la décolonisation, à la résistance aux grands projets d’exploitation des ressources, aux droits des animaux ainsi qu’à cette financiarisation du vivant qui se nourrit d’un système s’approchant du point de rupture, si l’on n’y prend pas garde.

Plus…