Remue-ménage au Salon du livre de Rimouski

Passez nous voir au stand 89!

Vendredi

15h-16h : Signatures avec Rosa Pires pour Ne sommes-nous pas Québécoises?

16h-17h : Prescriptions littéraires avec Marie-Claude St-Laurent (stand 98 – l’Association des libraires du Québec)

17h-18h : Table ronde « Écrire l’autre à l’heure de la critique de l’appropriation culturelle » avec Marie-Claude St-Laurent (salle Blais-Léonard)

17h-20h : Rosa Pires – activité L’Arbre à Palabres (salle Langevin)

18h-19h : Table ronde «La relation au corps – Regard de la société sur le corps» avec Sophie de Cordes (Mezzanine Hydro-Québec)

19h-20h : Signatures avec Sophie de Cordes et Stéphanie Bernier-Monzon pour Corps accord: Guide de sexualité positive

Samedi

10h-11h : Signatures avec Sophie de Cordes et Stéphanie Bernier-Monzon pour Corps accord: Guide de sexualité positive

10h-11h : Prescriptions littéraires avec Rosa Pires (stand 98 – l’Association des libraires du Québec)

11h-11h30 : Signatures avec Rosa Pires pour Ne sommes-nous pas Québécoises?

11h30-12h30 : «Grandes entrevues» avec Rosa Pires, animée par Julie Proulx (salle Blais-Léonard)

14h-15h : Signatures avec Rosa Pires pour Ne sommes-nous pas Québécoises?

16h-17h : Signatures avec Marie-Claude St-Laurent et Marie-Claude Garneau pour La Nef, collection de théâtre féministe

17h45 : Marie-Claude St-Laurent – activité Livres comme l’air (Mezzanine Hydro-Québec)

Dimanche

13h-14h : Signatures Marie-Claude St-Laurent et Marie-Claude Garneau pour La Nef, collection de théâtre féministe

14h15-14h45 : Rencontre avec La Nef (Mezzanine Hydro-Québec)

15h-16h : Signatures avec Marie-Claude St-Laurent et Marie-Claude Garneau pour La Nef, collection de théâtre féministe

Voir la programmation complète du SLR

Plus…

Les guérillères d’aujourd’hui avec Marie-Eve Milot et Marie-Claude St-Laurent

[Marie-Claude St-Laurent] Je poursuis avec une citation des Guérillères [de Monique Wittig] parce que le texte est magnifique et qu’on n’a pas encore eu le temps d’en parler. Elles disent: « si je m’approprie le monde, que ce soit pour m’en déposséder aussitôt, que ce soit pour créer des rapports nouveaux entre moi et le monde » et Guérilla de l’ordinaire lui répondrait: « Malgré les camarades qui tombent une à une, un à un, malgré les proches qui n’y croient pas, ou pire qui n’y croient plus, aujourd’hui, il y a la fulgurance du soulèvement qui me tient. Lis-moi dans le désordre et recommence. Il faudra toujours recommencer » […]

Écouter sur Radio-Canada ICI Première

Plus…

Nouveauté | Guérilla de l’ordinaire

Guérilla de l’ordinaire est l’une des deux premières pièces que nous publions dans La Nef, notre toute nouvelle collection de théâtre. Véritable lieu de résistance politique ouvert aux diversités sexuelles, culturelles, de genre et d’identité, cette pièce exprime la colère et l’indignation que suscitent les violences ordinaires faites aux femmes.

Plus…

«Dans la peau de…» Marie-Claude St-Laurent, Marie-Claude Garneau et Marie-Ève Milot, codirectrices de la collection de théâtre féministe «La Nef»

Pourquoi pensez-vous qu’aujourd’hui, plus que jamais, il est temps de redonner vie à la collection de théâtre féministe aux Éditions du remue-ménage, dont le dernier ouvrage, Joie, était paru en 1995?

«Que ce soit avec le Théâtre de l’Affamée compagnie de création au mandat féministe, pour Marie-Claude S. et Marie-Ève, ou à travers sa thèse de doctorat portant sur les dramaturgies féministes pour Marie-Claude G., au cours des dernières années, nous avons toutes trois creusé nos démarches et affirmé notre engagement féministe.»

«En parallèle, nous avons assisté à une recrudescence de paroles féministes dans l’espace public, qui s’incarne aussi sur nos scènes. Et nous avons ressenti le besoin de créer un espace pour faire dialoguer ces multiples féminismes, d’en rassembler le plus possible, et surtout de les inscrire dans la lignée de leurs prédécesseures.»

Lire sur La Bible urbaine 

Plus…

Renaissance de la collection de théâtre au Remue-ménage

[…] La collection s’intitule «La Nef», publie du théâtre engagé et féministe et est dirigée par Marie-Claude Garneau, Marie-Ève Milot et Marie-Claude St-Laurent, les auteures du livre La Coalition de la robe. Le nom La Nef fait référence à la pièce La nef des sorcières, mais il représente également un lieu d’appartenance, un espace de dialogue, qui rassemble et où il sera possible d’entendre la pluralité de la parole des femmes.

Lire sur Les libraires

Plus…

Les Éditions du remue-ménage renouent avec le théâtre féministe

Nous sommes en . La parole des femmes gronde toujours. Sous cette impulsion, Marie-Claude Garneau, Marie-Ève Milot et Marie-Claude St-Laurent, autrices de La coalition de la robe (Remue-ménage, ), ont approché la maison d’édition avec l’idée de reformer cette collection perdue. « On sent que la pensée féministe revient au théâtre, qu’il y a un vent de changement », dit la chercheuse et codirectrice de la collection, Marie-Claude Garneau. « Il y a un intérêt pour se situer en tant que féministe dans les rôles d’autrice ou de metteuse en scène. »

[…]

Marie-Claude Garneau se rappelle que les textes de femmes faisaient rarement partie des corpus lors de ses études théâtrales. « C’est important pour nous de s’inscrire dans le temps, de continuer ce qui a été fait, affirme-t-elle. Que les textes soient disponibles dans des établissements d’enseignement et dans les écoles de théâtre! On veut créer ce qu’on n’a pas eu. »

Lire sur la Gazette des femmes

Plus…

Guérilla de l’ordinaire: libérer la colère

Avec Guérilla de l’ordinaire, Marie-Ève Milot et Marie-Claude St-Laurent s’inscrivent dans une longue lignée de créatrices féministes qui nomment les maux de leur époque. Elles nous parlent de leur désir de « donner du gaz » aux militantes essoufflées.

Ça a commencé tranquillement : une confidence par-ci, un témoignage par-là, un article de journal, une entrevue entendue à la radio… Une accumulation de petites choses indignes et d’agressions subies par les femmes que Marie-Ève Milot et Marie-Claude St-Laurent archivaient dans leur ordinateur : remarque sexiste ou paternaliste, mépris, harcèlement sexuel, menace de mort… C’est ce matériau qui a servi à la création de Guérilla de l’ordinaire, une pièce en fragments produite par le Théâtre de l’Affamée, qui nous a donné Chienne(s), une création remarquée le printemps dernier.

La pièce aborde la question des violences sexuelles qui se sont infiltrées dans notre quotidien et qu’on peine à identifier tellement elles ont été intériorisées. « On s’intéresse aux violences ordinaires qui sont difficiles à définir, qui se trouvent dans la fameuse zone grise. »

Lire sur La Presse

Plus…