Le suivi sage-femme | un choix qui aide aussi le papa

Ma copine avait lu le livre d’Andrée Rivard, Histoire de l’accouchement dans un Québec moderne, qui traite, entre autres, de la violence obstétricale et de la mainmise de la médecine sur les accouchements dans la Belle Province. Elle m’a donc sensibilisé à ces notions qui n’avaient jamais effleuré mon esprit jusque-là. Tout ne s’est pas passé comme nous l’aurions souhaité, mais le fait de se tourner vers une sage-femme visait à réduire ces aspects. Nous y avons trouvé une approche plus globalisante face à la grossesse puisqu’au-delà du processus biologique, elle tenait aussi compte des trajectoires sociales au sein de notre famille. […]

Lire sur TPL Moms

Plus…

L’accouchement: une histoire nécessaire

L’historiographie québécoise relative à l’accouchement est plutôt maigrichonne, spécialement en ce qui concerne la période postérieure à 1950. C’est surtout par la bande que le sujet a été abordé et il n’avait jamais été traité pour lui-même avant que je ne le fasse avec mon livre Histoire de l’accouchement dans un Québec moderne paru aux Éditions du remue-ménage en 2014.

Plus…

Recension | Histoire de l’accouchement dans un Québec moderne

L’auteure réussit à livrer une analyse sociohistorique de la lutte des femmes pour l’humanisation de la naissance qui sera utile aux chercheurs, tout en étant accessible à un public plus large, car elle parvient à faire appel régulièrement au cadre d’analyse sociologique présenté au début de l’ouvrage, sans alourdir le texte. Seuls certains passages étaient peut-être trop techniques pour la majorité des lecteurs peu familiers avec les termes médicaux, mais cela n’enlève rien à la qualité de cet ouvrage, dont la richesse de la bibliographie saura ravir les plus exigeants.

Lire sur Les Cahiers d’histoire

Plus…

Pourquoi j’ai accouché à la maison

Alors, pourquoi donc donner la vie à domicile est-il perçu par la majorité des gens comme un risque, voire un geste dépassé ? Pour Andrée Rivard, c’est parce que nous sommes prisonniers du supposé mythe du « progrès ». « Il nous amène à nous imaginer que tout ce qui est scientifique est nécessairement une avancée, explique l’auteure d’une Histoire de l’accouchement dans un Québec moderne. Nos mères et nos grands-mères nous ont légué des croyances par rapport aux dangers de l’accouchement. Elles ont été soumises à un discours de peur qu’elles ont intériorisé, à une époque où il était à la mode d’être moderne. Ainsi, de génération en génération, on a été convaincues qu’enfanter à l’hôpital était non seulement bien mieux, mais que c’était en fait le seul choix raisonnable… » […]

Lire sur Châtelaine

 

Plus…

Histoire de l’accouchement dans un Québec moderne parmi les finalistes pour les Prix du Canada

Célébrant l’excellence des ouvrages savants canadiens dans toute l’étendue des disciplines des sciences humaines, les Prix du Canada consacrent des oeuvres qui ont apporté une contribution exceptionnelle à la recherche, qui sont rédigées de façon engageante et qui enrichissent la vie sociale, culturelle et intellectuelle du Canada.

Lire sur la Fédération des sciences humaines

Plus…

L’accouchement, une longue histoire

Le Québec est au carrefour d’influences d’Europe et des Etats-Unis: francophone, il est intéressé pour tout ce qui vient de France, mais, géographiquement et culturellement, il est proche des USA. La deuxième moitié du XXe siècle est pour le Québec une période d’accès général à la «modernité» qui se traduit par de grands changements. En politique, dans les années 1950-70, c’est le temps de la «Révolution tranquille» qui instaure l’État-providence (assurance-hospitalisation en 1961 et assurance-maladie en 1971). En matière économique et sociale, le pays accède à la consommation de masse. Dans le domaine idéologique, l’influence de l’Eglise sur les comportements s’affaiblit: la diffusion de la pilule contraceptive dès le début des années 1960 généralise la baisse de la natalité et inaugure la dissociation entre sexualité et procréation. Dans les années 1960, toutes les Québécoises accouchent à l’hôpital où se déploie une médicalisation à l’américaine: les obstétriciens tout-puissants, débarrassés des sages-femmes qui ont disparu au Canada comme aux USA depuis le début du XXe siècle, gèrent la plupart des accouchements sous anesthésie (à plus de 88% en 1971). […]

Lire sur La Vie des idées

Plus…

La résistance à la médicalisation des naissances

[…] Il s’agit du seul livre consacré spécifiquement à l’histoire de l’accouchement au Québec. Le point de vue adopté par l’auteure est intéressant. Plutôt que d’offrir une simple description de l’évolution des pratiques obstétricales au Québec, elle critique la surmédicalisation de l’accouchement dans la société moderne et se porte à la défense des femmes enceintes. Présentées comme les victimes d’un milieu médical qui les dépouille de leur autonomie.

[…] Avec Histoire de l’accouchement dans un Québec moderne, Andrée Rivard nous propose une description intéressante d’un aspect peu documenté de l’histoire du Québec. Elle suscite notre questionnement sur les enjeux de la médicalisation de l’accouchement et de l’autonomie des femmes enceintes. Des questions sur lesquelles elle prend clairement position, peut-être de façon un peu trop appuyée.

Lire sur Les Cahiers de lecture de l’Action nationale

Plus…