Francis Dupuis-Déri : «Les hommes sont en crise dès que les femmes avancent vers plus d’égalité et de liberté»

Quelle que soit l’époque, quel que soit le lieu, la règle semble immuable: dès que les femmes s’affranchissent un tant soit peu des rôles qui leur sont assignés, les hommes se déclarent perdus, déstabilisés, en danger… Le chercheur québécois déconstruit ce mythe qui est avant tout une manipulation rhétorique pour préserver la domination masculine. […]

Lire sur Libération

Plus…

École de masculinité: bonne ou mauvaise idée?

Pour Francis Dupui-Déri, le discours d’Oleg Chagin n’a rien de nouveau. Dès l’antiquité, à Rome, on accuse les matrones de trop choyer leurs fils. La décadence leur est imputée. Mais si l’Empire romain s’affaiblit, n’est-ce pas plutôt en raison de stratégies d’expansion aberrantes et de guerres politiques internes? Tout au long de l’histoire, chaque fois que les femmes sont accusées de «déviriliser» les hommes, le contexte est celui d’une crise économique ou politique. […]

Lire sur Libération

Plus…

La crise de la masculinité ou, les hommes sont-ils toujours en crise?

Le présent texte est inspiré des idées de Francis Dupuis-Déri, politicologue, auteur et professeur en sciences politiques à l’Université du Québec à Montréal. Dans son livre La crise de la masculinité: Autopsie d’un mythe tenace, il relate les effets pervers du discours décriant la «crise de la masculinité» sur le projet de l’égalité des genres et comment ce phénomène sert à victimiser les hommes et discréditer les mouvements féministes. […]

Lire sur CS3R

Plus…

Contre la rhétorique masculiniste

Il paraît que les hommes vont mal. Que la virilité se perd. Que les sociétés occidentales seraient hyper féminisées. Que les hommes ne sauraient plus comment être des hommes, qu’ils seraient paumés et souffriraient beaucoup à cause des femmes, et à cause du féminisme, qui les briment et les oppriment. Les symptômes? Mauvais résultats scolaires, difficultés à séduire, refus des tribunaux d’accorder la garde des enfants au père en cas de séparation, et même… suicides. Les solutions? Les mouvements de défense des hommes, les stages de revilirisation d’inspiration chrétienne ou ésotérique, et autres «écoles de la masculinité» d’extrême-droite. Dans cet épisode, nous montrons d’où vient ce discours et ce qu’il révèle, avec Francis Dupuis-Déri politologue, professeur à l’Université du Québec à Montréal, auteur d’une enquête précise et documentée: La crise de la masculinité, autopsie d’un mythe tenace. Francis Dupuis-Déri est également un militant pro-féministe, qui reconnaît ses propres privilèges d’homme blanc hétérosexuel; dans cet épisode, il partage avec franchise et drôlerie son expérience et son regard sur la société française contemporaine.

 

Plus…

Que répondre à votre beau-frère qui dira à Noël qu’on traverse une «grave crise de la masculinité»?

Francis Dupuis-Déri: J’essaie généralement de désamorcer ce discours (je ne dis pas convaincre car on n’y arrive pas tout le temps) en utilisant deux axes. D’abord en posant la question du contrôle des institutions: qui a le pouvoir et les ressources, au sommet de la société? Je fais ensuite le même exercice dans les relations interpersonnelles.

Dans des sociétés comme la France, le Québec, les Etats-Unis, la Grande-Bretagne et même les pays scandinaves, pays qu’on considère généralement comme assez avancés en termes d’égalité entre les sexes, on a une élite politique qui est encore très, très masculine. Au niveau du chef d’Etat, du conseil des ministres, de l’Assemblée nationale, des chefs de cabinet, des hauts fonctionnaires…. Idem dans l’armée et la police: on retrouve des hommes au sommet de quasiment toutes les institutions de pouvoir. […]

Lire sur L’Obs

Plus…