Et si le conflit irano-américain était complètement féministe ?

Se lancer dans une guerre pour faire face à une crise de sa propre masculinité existe, comme le rappelle le chercheur Francis Dupuis-Déri (La crise de la masculinité, Éditions Remue-ménage, 2018). « Les hommes en proie à une crise de la masculinité se jettent dans la guerre pour s’y affirmer comme de ‘vrais hommes’ dans un entre-soi ou un boys’ club — dans les baraquements, les tranchées, etc. — et dans des expériences d’héroïsme et de violence meurtrière. » (…)

Lire sur Les Glorieuses

Plus…

«J’espère bien que les hommes se questionnent sur eux-mêmes ! »

La masculinité n’est pas en crise. Et c’est un homme qui l’affirme. Le masculin, en revanche, se sent en crise, selon le chercheur canadien Francis Dupuis-Déri. Parce qu’il supporte mal que le féminin lui grappille du pouvoir et de l’espace. Or ce sentiment ne date pas d’hier et, souvent, les arguments censés justifier ce mal-être ne résistent pas à l’analyse. […]

Lire sur Le Vif

Plus…

Francis Dupuis-Déri : « Il est sidérant d’entendre dire que les hommes ne peuvent plus draguer »

Des militantes féministes ont manifesté dans plusieurs villes de France (Paris, Rennes, Bordeaux…) contre la projection du film J’accuse de Roman Polanski. Est-ce que cette affaire Polanski, et la façon dont elle est commentée par certains, résonne avec les analyses de votre livre La crise de la masculinité, autopsie d’un mythe tenace ?

Francis Dupuis-Déri – Pas directement car cette affaire est vraiment spécifique. Mais il est certain que l’on a entendu à l’occasion de cette crise en France des relents de sous-discours qui relèvent en fait de la crise de la masculinité. Il s’agit de réactions qui ont tenté de délégitimer tout le mouvement Me Too. La conséquence de Me Too serait que les hommes sont victimes. Il est quand même assez paradoxal d’entendre ça, si on s’exprime poliment, face à ces milliers de voix de femmes parfois anonymes qui s’expriment pour dire : « Et bien voilà en fait j’ai été victime quand j’étais enfant, adolescente ou adulte d’hommes qui m’ont agressée ». Dans le cinéma américain et donc aussi désormais dans le cinéma français, pas du tout sous le couvert de l’anonymat cette fois, il y a ces femmes qui disent désormais : « J’ai été agressée ».

Une des réactions des hommes dénoncés mais aussi de leurs alliés – car c’est bien cela aussi qui est impressionnant, le nombre d’alliés qu’ils ont – c’est de manquer totalement d’empathie envers les femmes agressées. C’est un manque d’empathie et d’humanité sidérant que de prendre le parti de l’homme et aussi de prétendre que les hommes sont victimes. Sidérant d’entendre que le désir des hommes est condamné, criminalisé, que les hommes ne peuvent plus rien dire, ne peuvent plus draguer, sont persécutés sans pouvoir se défendre. Et cela, oui, c’est une des multiples déclinaisons du discours de la crise de la masculinité, les hommes souffriraient à cause des femmes et des féministes. Et il serait difficile d’être un homme.

[…]

Lire sur Les Inrockuptibles

Plus…

Masculinisme : l’antiféminisme en embuscade

Il n’y a pas qu’en France que les associations masculinistes font les yeux doux aux décideurs. Prenons le Québec, par exemple. « Depuis 2010, on assiste à une phase d’institutionnalisation de ces mouvements. Le lobbying est devenu une pratique plus importante, notamment chez les groupes de pères », observe Mélissa Blais, chercheuse québécoise spécialiste du masculinisme et coautrice d’Antiféminismes et masculinismes d’hier et d’aujourd’hui. Depuis 2014, l’association Pères séparés est ainsi devenue un partenaire officiel du ministère de la Santé. « De plus en plus, les pouvoirs publics exigent des organisations de femmes qui interviennent auprès des victimes de violences conjugales qu’elles se rapprochent des groupes oeuvrant auprès des hommes violents si elles veulent obtenir des financements », ajoute Mélissa Blais. Ce qui, sur le papier, semble a priori une bonne chose. Le problème, c’est que parmi ces organisations consacrées aux hommes violents, certaines remettent en question (plus ou moins ouvertement) la dimension genrée des violences conjugales, qui toucheraient également hommes et femmes. Comme le réseau À coeur d’homme, qui s’érige contre « la vision stéréotypée de la femme victime et soumise face à l’homme violent et contrôlant » et a lui aussi l’oreille (et le soutien financier) du ministère québécois de la Santé […]

Lire dans Causette

Plus…

Masculinisme VS Féminisme : vers une réconciliation ?

[…] [La crise de la masculinité] renvoie à un phénomène qui n’est pas d’apparition strictement récente, mais qui prend aujourd’hui du relief, sous des formes multiples et variées. Francis Dupuis-Déri le désigne comme « un contre-mouvement qui cherche à freiner, arrêter ou faire reculer le processus d’émancipation des femmes, au nom des “droits” et surtout des intérêts des hommes par rapport aux femmes ». Le discours masculiniste serait, nous dit-il, « fondamentalement misogyne, puisque ce qui est féminin est présenté comme un problème, une menace, un élément toxique qui plonge le masculin en crise, qui le détruit, qui le mue en son contraire : le féminin».

Lire sur Nexus

Plus…

Cruising Bar : une vision particulière de la masculinité

[Marie-Louise Arsenault] [Le film Cruising Bar] est un regard assez implacable sur ce que l’on appelle le phénomène de la crise de la masculinité, Francis?

[Francis Dupuis-Déri] […] Avant tout c’est une comédie, après, ça représente des hommes. Comme vous l’avez mentionné tout à l’heure, c’est à une époque où il y avait l’affaire Chantal Daigle sur l’avortement, il y avait Guy Corneau, Père manquant, fils manqué, on commençait à entendre ces discours masculinistes, il y a eu Polytechnique […] et là, évidemment, on pourrait entendre les gens qui critiquent qu’il y ait toujours des images d’hommes loser. En même temps, le paradoxe, c’est le succès de cinéma! L’homme loser, apparemment, il vend.

Écouter sur ICI Radio-Canada Première

Plus…