Martine Delvaux persiste et signe

Mais revenons-en au coup de gueule de Martine Delvaux. À l’époque, l’autrice, qui publiait un essai baptisé Le boys club, a promptement réagi à cette appropriation du mot « espace sécuritaire », dans la promotion entourant la série (avant de l’avoir vue, comme on le lui a vertement reproché d’ailleurs). […] « Ça, c’est malhonnête. Je n’ai pas été opportuniste, rétorque-t-elle, l’occasion était là ! Je sortais un livre dont l’objet, c’est les téléséries et le cinéma, et au même moment, on annonce une série sur un groupe de gars au Québec ! […] En quoi c’est opportuniste ? Lui, ça n’est pas opportuniste de faire de la promotion, six mois à l’avance ? », lance-t-elle.

Lire sur La Presse+

Plus…

Les mecs : un an après la controverse, Martine Delvaux a vu la série de Jacques Davidts

Il y a un an, Jacques Davidts présentait sa nouvelle série Les mecs comme un « safe space [espace sécuritaire] de gars de 50 ans », ce qui avait suscité de vives réactions. Parmi celles-ci, la riposte de Martine Delvaux, dont l’essai Le boys club n’avait pas manqué de faire réagir lui aussi. Ils étaient venus en débattre tous les deux à notre micro. Un an plus tard, Martine Delvaux a accepté de voir les 10 épisodes de la série à la demande de Jacques Davidts. La discussion entre les deux est cette fois-ci plus mouvementée, mais toujours franche.

Écouter sur ICI Radio-Canada Première

Plus…

Franc succès pour la journée J’achète un livre québécois

L’initiative J’achète un livre québécois, lancée en 2014, a connu sa deuxième meilleure année en 2020. […] Enfin, le dernier palmarès distingué par la BTLF regroupe les autres catégories. S’y trouvent en tête de liste le livre de recettes Ces muffins dont tout le monde parle, de Madame Labriski, La vie n’est pas une course, de Léa Stréliski, et Le boys club, de Martine Delvaux.

Lire sur Radio-Canada Arts

Plus…

LE BOYS CLUB dans les livres québécois les plus vendus en 2020 (jusqu’à maintenant!)

Même si l’année n’est pas encore terminée, nous pouvons d’ores et déjà affirmer qu’elle est hors du commun. Pour la traverser, les auteurs et les éditeurs québécois, dans la foulée du panier bleu, ont eu droit de la part des lecteurs à un élan de solidarité qui nous conduit à une édition du 12 août toute particulière. En guise d’inspiration, nous avons recensé les titres québécois qui ont été les plus vendus jusqu’à maintenant. Ne reste plus qu’à se laisser tenter.

Lire sur Les libraires

Plus…

LE BOYS CLUB dans les 100 livres québécois les plus vendus du 12 août 2020!

L’initiative «Le 12 août, j’achète un livre québécois» est d’autant plus pertinente en ces temps pandémiques et les Québécoise.s. n’ont pas pris leur rendez-vous littéraire à la légère. En effet, l’édition 2020 a connu un succès inégalé. Nous nous en réjouissons! Toute la sélection est d’ailleurs très, très alléchante…

Voir sur Les libraires

Plus…

Lancement virtuel du Boys club en Europe

[Martine Delvaux] Je devais en principe être à Paris en ce moment… J’avais gentiment été invitée par la librairie Violette & Co. Évidemment, la covid est arrivée et tout a été annulé. […] La figure du boys club est partout et il faut s’y intéresser tout le temps. Peut-être encore plus aujourd’hui, avec ce qu’on vient de traverser.

 

Plus…