Les angles morts: lauréat du Prix Communications et Société

«Qualité, diversité, universalité, engagement sont les premiers qualificatifs qui me viennent à l’esprit pour décrire les oeuvres retenues par nos trois jurys d’experts», déclare Martin Bilodeau, directeur général de l’organisme. «De façon admirable, leur sélection rend compte de l’état du monde contemporain, de ses enjeux et de ses valeurs.»

Le prix Essai a été décerné ex aequo à Perspectives créoles sur la culture et l’identité franco-ontariennes d’Aurélie Lacassagne (Éditions Prise de Parole), et Les angles morts: perspectives sur le Québec actuel d’Alexa Conradi (Éditions du remue-ménage). 

Plus…

Lecture: Les angles morts

Elle nous offre ainsi un livre audacieux, qui prend parti pour un Québec dont on serait véritablement fier. Parce que c’est de l’amour qu’elle éprouve pour sa société que naissent les réflexions de Conradi sur les angles morts de ce bout de pays. […]

De ce point de vue, Les angles morts peut être lu comme un manuel nécessaire en ces temps politiquement moroses, pour nous aiguiser à une plus grande conscience critique face à notre propre société, pour nous remettre en question et nous faire penser plus haut.

Lire sur Page par page

Plus…

Féministes à la page, prise 3

Elle les a rassemblées dans cet essai somme toute très personnel, où se glisse le récit d’expériences vécues, de rencontres marquantes avec des militantes féministes, des difficultés qu’elle a connues lorsqu’elle était à la FFQ. Mais le cœur du propos demeure le regard qu’elle pose sur ce qu’elle nomme les angles morts, là où «résident les vérités que nous ne voulons pas admettre», en faisant une lecture féministe des grands enjeux politiques. Le colonialisme, le racisme, l’islamophobie, la violence, la droite nationaliste, la culture du viol passent sous sa loupe. Derrière ces problèmes de société, la peur – ancrée depuis longtemps – des Québécois•es de disparaître, qui nourrit la crainte de l’autre, ainsi que nos nombreux réflexes inconscients qui entretiennent les inégalités. […]

Lire sur la Gazette des femmes

Plus…

#52livresfem2018

Inspirée par l’initiative de Josiane Stratis du blogue Ton Petit Look, j’ai décidé de me donner un défi de lecture pour l’année 2018 qui est de lire 52 livres écrits par des femmes, tous genres confondus: romans, essais, poésie, bandes dessinées.

Pourquoi? Parce que le monde de la littérature est dominé par les hommes, et que lire des livres écrits par des femmes nous fait avoir une autre perspective sur le monde qui nous entoure. Et que personnellement, je me reconnais beaucoup plus dans les livres écrits par les femmes. Je souhaite donc privilégier la littérature féminine cette année. […]

Lire sur Page par page

Plus…

À l’ombre du patriarcat, beaucoup de situations sont pardonnées

Maintenant que j’ai énoncé les quelques défauts trouvés à l’ouvrage, il ne me reste qu’à dire que ce livre est d’une qualité, d’une utilité sociale et d’une intelligence indéniables.

Plusieurs «angles morts» abordés par Conradi m’ont abasourdi, mais si j’avais à n’en choisir qu’un, c’est le chapitre intitulé «La dépolitisation de la violence sexuelle» qui m’a le plus donné à réfléchir. […]

Lire sur La Recrue

Plus…

Les libraires craquent

[…] Dans son essai Les angles morts, paru en 2017 aux Éditions du remue-ménage, Conradi partage avec nous son expérience et pose un regard lucide et critique sur plusieurs sujets et enjeux sensibles: consentement, culture du viol, austérité, islamophobie, relations avec les Premières nations, tous des angles morts, des sujets qui font détourner le regard. Brillamment, Conradi porte son message avec audace et courage, et l’engagement sincère de cette femme est contagieux. Un livre que vous devez lire en tant que citoyen, pour contribuer au mieux vivre ensemble.

Lire sur Les libraires

 

Plus…