Les «Boy’s club» ou le machisme en bande organisée

[…] Les clubs privés avaient pour but de donner un espace aux hommes – en les séparant des femmes. Rappelons que le mot «club» en anglais vient de cleave qui veut dire «cliver». Le club était convivial. C’était un endroit de repos et de confort ou le réseautage pouvait s’effectuer hors de la présence dérangeante des femmes. […] On pourrait dire qu’on vit dans un immense boy’s club, voire dans une immense ligue du LOL! D’abord, dans la société, (la vôtre ou la mienne) la non-mixité masculine, le réseautage masculin, les regroupements d’hommes sont partout. C’est l’organisation qui sous-tend nos sociétés, son fonctionnement. […]

Lire sur L’Obs

Plus…

Des clubs de gentlemen anglais à la Ligue du LOL, petite histoire des «boys clubs»

S’étonnant de tous ces articles, Martine Delvaux, professeure de littérature à l’Université du Québec (Montréal), bonne connaisseuse du phénomène, fait ce constat amusé: «Il existe un vide intellectuel sur la question des boys clubs en France. Dans les pays anglo-saxons, votre Ligue du LOL et ses pratiques ne surprennent personne! Le boys club est une institution bien connue et omniprésente dans la lignée des gentlemen’s clubs britanniques…» […]

Lire sur Le monde

Plus…

Ligue du LOL: «Toute personne qui n’est pas forte, hétéro et riche peut être harcelée par un boys’ club»

Selon Martine Delvaux, professeure de littérature à l’Université du Québec à Montréal (UQAM) et autrice de «Les Filles en série» (février 2019, Éditions du remue-ménage), son dernier ouvrage, la Ligue du LOL est une incarnation des «boys’ club» anglais du XIXe siècle. Des groupes essentiellement masculins et hétérosexuels, qui favorisaient la cooptation et la culture de l’entre-soi. Des «clubs» que l’on trouve bien au-delà des médias. Interview. […]

Lire sur Têtu

Plus…

«Nous vivons dans un immense boys’ club, il est si important qu’on ne le voit même plus»

Pour tous les autres qui n’ont jamais été punis, ce sentiment d’impunité se développe au fil des années et entraîne parfois des conséquences plus graves. «La création des boys’ clubs est étroitement liée à la construction de la masculinité», explique Martine Delvaux, écrivaine, professeure au département d’études littéraires de l’Université du Québec à Montréal et autrice de Les filles en série. […]

Lire sur Slate

Plus…

«La Ligue du LOL met en lumière un sexisme systémique»

Pour Martine Delvaux, professeur de littérature à l’Université du Québec à Montréal (UQAM) et auteure de Les Filles en série (février 2019, Éditions du remue-ménage), la Ligue du LOL est directement issue de la tradition des « boys clubs » anglais du XIXe siècle, des groupes essentiellement masculins qui favorisaient la cooptation et la culture de l’entre-soi. L’universitaire québécoise Martine Delvaux explique que la Ligue du LOL partage les mêmes codes que les «boys clubs ». […]

Lire sur Le Point

Plus…