Jours de colère

C’est au Québec qu’est paru le collectif Libérer la colère (en mars 2018 aux Éditions du remue-ménage), dans lequel des femmes de tous âges parlent de ce «calme» prescrit par la socialisation des femmes, et qu’elles se sont toujours elles-mêmes imposé pour réussir à «faire leur vie». Mais désormais, il n’est plus possible de rester calme. […]

Lire sur La Presse+

Plus…

Libérer la colère: un manifeste de la révolte féministe

[…] Mais le contraire s’est produit: ça m’a fait un bien fou de me sentir moins seule et de me voir accorder le droit de me mettre en colère, d’ouvrir les écoutilles et de m’exprimer, moi aussi. C’était véritablement thérapeutique de lire toutes ces voix à la fois si différentes et si unifiées et ça m’a donné envie de me joindre à elles. De cesser de taire mon mal être, mon malaise, la voix indignée qui hurle depuis si longtemps dans ma tête.

Lire sur Le fil rouge

Plus…

Impression de lecture

[…] Il n’en reste pas moins qu’une grande sororité émane des textes de Libérer la colère. Et la force du nombre se retrouve justement là: c’est comme si pour permettre aux femmes de s’emporter, il fallait qu’elles se soutiennent les unes les autres. Pour contrer la violence, elles se rassemblent. Le plus grand accomplissement de l’essai est sans doute de nous démontrer que laisser libre cours à la colère des femmes et effectuer par là un changement social, est et sera une entreprise collective et solidaire.

Lire sur Page par page

Plus…

Et la colère des femmes?

«Hystérique», «folle», «mal baisée». La colère des femmes est souvent mal reçue. On dira d’un homme qui se fâche qu’il établit ses limites, s’affirme. D’une femme, on dira qu’elle n’arrive pas à contrôler ses émotions. Pour les instigatrices du livre Libérer la colère, il était temps de s’affranchir de ce tabou et de laisser sortir cette émotion. Inspirées par cette initiative, nous avons demandé à 12 personnalités québécoises quelle relation elles entretenaient avec la colère. […]

Lire sur Châtelaine

Plus…

Le radar littéraire: nouvelles publications féministes

[…] Que ce soit en poésie, en fiction, en essai, les femmes ont le droit d’être en tabarnak et c’est particulièrement libérateur de lire toutes ces femmes inspirantes. Marianne Prairie, la maman colère, le poids des mots de Toula Drimonis, la colère à cacher de Marilyse Hamelin: ce sont quelques thèmes seulement abordés tout au long du collectif. À lire sans modération!

Lire sur Les Méconnus

Plus…

Des essais à mettre dans ses bagages

Les temps changent et cet ouvrage collectif en fait une éloquente démonstration en laissant les mots porter la colère de femmes qui, jusqu’à très récemment, avaient tendance à honnir ce sentiment. «Nous vivions dans le déni. Nous ravalions le grondement », écrit Geneviève Morand dans l’amorce de cette épistémologie de la fureur qui cherche à faire sortir l’indignation, le courroux du bruit qu’ils produisent pour les faire entrer dans les espaces plus constructifs et salvateurs de la pensée humaine.

Lire sur Le Devoir

Plus…