Remue-ménage au Salon du livre de Rimouski

Passez nous voir au stand 89!

Vendredi

15h-16h : Signatures avec Rosa Pires pour Ne sommes-nous pas Québécoises?

16h-17h : Prescriptions littéraires avec Marie-Claude St-Laurent (stand 98 – l’Association des libraires du Québec)

17h-18h : Table ronde « Écrire l’autre à l’heure de la critique de l’appropriation culturelle » avec Marie-Claude St-Laurent (salle Blais-Léonard)

17h-20h : Rosa Pires – activité L’Arbre à Palabres (salle Langevin)

18h-19h : Table ronde «La relation au corps – Regard de la société sur le corps» avec Sophie de Cordes (Mezzanine Hydro-Québec)

19h-20h : Signatures avec Sophie de Cordes et Stéphanie Bernier-Monzon pour Corps accord: Guide de sexualité positive

Samedi

10h-11h : Signatures avec Sophie de Cordes et Stéphanie Bernier-Monzon pour Corps accord: Guide de sexualité positive

10h-11h : Prescriptions littéraires avec Rosa Pires (stand 98 – l’Association des libraires du Québec)

11h-11h30 : Signatures avec Rosa Pires pour Ne sommes-nous pas Québécoises?

11h30-12h30 : «Grandes entrevues» avec Rosa Pires, animée par Julie Proulx (salle Blais-Léonard)

14h-15h : Signatures avec Rosa Pires pour Ne sommes-nous pas Québécoises?

16h-17h : Signatures avec Marie-Claude St-Laurent et Marie-Claude Garneau pour La Nef, collection de théâtre féministe

17h45 : Marie-Claude St-Laurent – activité Livres comme l’air (Mezzanine Hydro-Québec)

Dimanche

13h-14h : Signatures Marie-Claude St-Laurent et Marie-Claude Garneau pour La Nef, collection de théâtre féministe

14h15-14h45 : Rencontre avec La Nef (Mezzanine Hydro-Québec)

15h-16h : Signatures avec Marie-Claude St-Laurent et Marie-Claude Garneau pour La Nef, collection de théâtre féministe

Voir la programmation complète du SLR

Plus…

3 suggestions féministes pour «Le 12 août, j’achète un livre québécois»

Cet essai se veut, entre autres, un écho au célèbre Ne suis-je pas une femme?, écrit par la militante Sojourner Truth, en 1851. Rosa Pires signe donc un tout premier essai personnel sur une thématique tout à fait d’actualité. L’autrice est née d’immigrants portugais et est souverainiste de longue date. Avec la Charte des valeurs, quelque chose se brise : elle a le sentiment d’être une étrangère dans son propre pays. La politologue décide donc de mener une enquête auprès de 10 femmes issues de la deuxième génération de l’immigration afin de voir leur point de vue sur les inégalités, l’appartenance et la question nationale. Un fil conducteur à travers tous les témoignages : la revendication de leur place comme citoyennes québécoises engagées, à part entière. Ne sommes-nous pas Québécoises? est un essai touchant, et criant de vérité.

Lire sur Ton petit look

Plus…

L’échec d’une nation québécoise

[…] Il faut relire des ouvrages comme Rhapsodie québécoise. Itinéraire d’un enfant de la loi 101 (Akos Verboczy, Boréal, 2016) ou La grande déception de Francis Boucher (Somme toute, 2018) pour constater les ravages de cette politique identitaires auprès des jeunes immigrants de bonne volonté, en voie d’intégration à une nation québécoise dynamique et ouverte. Il faut ajouter le livre de Rosa Pires, Ne sommes-nous pas Québécoises? (Remue-ménage, 2019), dont Caroline Montpetit faisait état dans le cahier Lire du Devoir le samedi 25 mai: «Nostalgie d’un nationalisme identitaire».

Lire sur Le Devoir

Plus…

Rosa Pires, ou la nostalgie d’un nationalisme civique plutôt qu’identitaire

Pour Rosa Pires, c’est le «nationalisme identitaire», qui a fait surface depuis le dernier référendum, qui est la cause du sentiment d’exclusion des personnes issues de la deuxième génération d’immigration. Il s’incarne notamment dans des projets de loi comme la charte des valeurs lancée par le Parti québécois en 2013 et dans le projet de loi 21 sur la laïcité du gouvernement Legault. […]

Lire sur Le Devoir

Plus…