L’échec d’une nation québécoise

[…] Il faut relire des ouvrages comme Rhapsodie québécoise. Itinéraire d’un enfant de la loi 101 (Akos Verboczy, Boréal, 2016) ou La grande déception de Francis Boucher (Somme toute, 2018) pour constater les ravages de cette politique identitaires auprès des jeunes immigrants de bonne volonté, en voie d’intégration à une nation québécoise dynamique et ouverte. Il faut ajouter le livre de Rosa Pires, Ne sommes-nous pas Québécoises? (Remue-ménage, 2019), dont Caroline Montpetit faisait état dans le cahier Lire du Devoir le samedi 25 mai: «Nostalgie d’un nationalisme identitaire».

Lire sur Le Devoir

Plus…

Rosa Pires, ou la nostalgie d’un nationalisme civique plutôt qu’identitaire

Pour Rosa Pires, c’est le «nationalisme identitaire», qui a fait surface depuis le dernier référendum, qui est la cause du sentiment d’exclusion des personnes issues de la deuxième génération d’immigration. Il s’incarne notamment dans des projets de loi comme la charte des valeurs lancée par le Parti québécois en 2013 et dans le projet de loi 21 sur la laïcité du gouvernement Legault. […]

Lire sur Le Devoir

Plus…