Discussion : l’histoire du suffrage féminin au Québec

[3600 secondes d’histoire] Vous commencez l’ouvrage avec l’Acte constitutionnel de 1791 qui octroyait aux femmes le droit de vote, donc ça n’a pas toujours été un droit qui était interdit aux femmes?

[Denyse Baillargeon] En fait, je ne dirais pas que l’Acte constitutionnel donnait le droit de vote aux femmes. L’Acte constitutionnel accordait le droit de vote aux personnes qui étaient propriétaires. C’est le mot personne qui était utilisé dans la loi britannique et, évidemment, les femmes se sont dit qu’elles étaient des personnes! Donc celles qui correspondaient aux autres critères de la loi, — il fallait avoir 21 ans, être sujet britannique, mais aussi posséder des biens d’une certaine valeur — les femmes qui étaient propriétaires de biens de la valeur requise, ont voté.

Écouter sur CHYZ

Plus…

Les femmes et le droit de vote au Québec

L’historienne ne s’intéresse pas qu’au droit de vote, mais à celui d’éligibilité ; dans une perspective intersectionnelle, elle inscrit la question du suffrage dans l’ensemble des droits. […] Baillargeon prend la peine d’exposer le point de vue non seulement des suffragistes, mais aussi des Québécoises — protestantes, catholiques, juives, francophones et anglophones, distingue-t-elle —qui ne voulaient pas du droit de vote pour toutes sortes de raisons liées soit à la représentation qu’elles se faisaient des rôles féminins, soit à la priorité qu’elles accordaient à d’autres causes.

Lire dans Les Cahiers de l’Action nationale

Plus…

Commentaires de lecture : Repenser la nation

Dans Repenser la nation. L’histoire du suffrage féminin au Québec, l’historienne féministe Denyse Baillargeon raconte les mille péripéties de cette conquête [pour le droit de vote], dont elle revisite les étapes-clés. […] Grâce à son écriture dynamique, elle rend fascinante l’histoire suffrage féminin au Québec.

Lire sur Nuit blanche

Plus…

Le suffrage féminin ou comment repenser la nation: un mouvement inachevé?

Aussi étonnant que cela puisse paraître, on ne trouvait pas, jusqu’à aujourd’hui, d’histoire du vote féminin au Québec. L’historienne Denyse Baillargeon vient de combler ce vide. […] Par le titre de son livre, Denyse Baillargeon désire montrer que dans leur lutte, les femmes ont également cherché à repenser la composition de la nation. « Dans les démocraties contemporaines, voter signifie faire partie de la nation. Ébranler les assises de la nation, c’est ce que souhaitaient les suffragistes.» L’histoire ne dit pas encore si elles y sont arrivées.

Lire sur La Gazette des femmes

Plus…

Un nouvel éclairage sur le suffrage féminin au Québec

Son nouvel opus Repenser la nation : l’histoire du suffrage féminin au Québec, nous démontre ses capacités à fouiller les archives et à relire des ouvrages majeurs de l’historiographie féministe, dans le but de nous livrer une histoire étonnamment peu traitée, qui est celle du contexte alambiqué des luttes pour le suffrage féminin au Québec […]

Lire dans Lettres québécoises

Plus…

Suffrage féminin

«Repenser la nation, aussi surprenant que ça puisse paraître, c’est le premier ouvrage qui est consacré exclusivement au droit de vote des femmes au Québec, à l’histoire au complet. […] Une synthèse qui démarre en 1791, donc qui va au-delà de la lutte menée au XXe siècle, c’est nouveau, et c’est ça qui rend ce livre tellement fascinant.»

Écouter sur les ondes de Radio VM

Plus…

Littérature: les critiques de la semaine

Si vous pensiez que l’histoire du suffrage féminin était un sujet épuisé, détrompez-vous. L’historienne Denyse Baillargeon a déterré une multitude d’informations moins connues qui remettent en perspective nos connaissances sur cette question, et qui nous montrent qu’il n’y a pas eu une lutte, mais bien des luttes en faveur d’une meilleure représentation des femmes (on pense entre autres au travail des femmes autochtones qui ont combattu la Loi sur les Indiens, discriminatoire à leur endroit). L’auteure nous rappelle également que les femmes ne logeaient pas toutes à la même enseigne : certaines s’opposaient au droit de vote. Bref, un ouvrage qui remet les pendules à l’heure.

Lire sur La Presse

Plus…