2018 dans l’oeil de Marie-France Coallier

La poétesse est-elle devenue elle-même poésie? L’espace d’un cliché, Marie Darsigny s’est muée en délicatesse, romance et mouvement. Pour réaliser ce portrait, Marie-France Coallier a exploré une composition avec en toile de fond une sculpture composée d’une porte ouverte. «Je lui ai demandé de s’appuyer sur cette porte inclinée, elle a basculé sa tête et au même moment, il y a eu un coup de vent qui a fait virevolter ses cheveux», se rappelle la photographe. Un souffle qui a apporté fragilité au cliché. Marie-France Coallier Le Devoir

Voir sur Le Devoir

Plus…

Les libraires craquent

[…] Pour Marie Darsigny, les remises en question passent par l’écriture, grâce à laquelle sa douleur, ainsi exposée à tous, pourra trouver une résonance. Par ses multiples références à plusieurs penseuses et écrivaines, Trente donne envie d’aller plus loin dans la réflexion. À la lire, on se sent moins seule.

Lire sur Les libraires

Plus…

En librairie

Dans une langue près de l’oralité, la Montréalaise Marie Darsigny, adepte de Sylvia Plath, de Nelly Arcan et de bien d’autres écrivaines au bonheur difficile, signe un court récit racontant la dernière année de sa vingtaine alors qu’elle était convaincue qu’elle ne se rendrait jamais à 30 ans. Ce flot de réflexions, plus lumineux que dramatique malgré le propos, est mené avec un souffle littéraire qui ne ressemble à nul autre.

Plus…

Dépendance de la groupie

[…] «Je ne fais que répéter ce qui a déjà été dit, mieux dit, par celles qui m’ont précédée, on ne réinvente rien, la roue continue de tourner, mais moi j’aime bien me mettre le doigt dedans, la main au complet dans l’engrenage, plonger dans le bobo jusqu’au coude», écrit-elle, dans cette logorrhée parfois très drôle de Marie Darsigny, qui flirte avec une parodie d’autofiction souffreteuse, tout en étant un hommage très tonifiant aux bad girls de la littérature – et c’est tant mieux, puisque les vieux profs de désespoir ont depuis longtemps leurs fan-clubs. Tapissé de références à la culture pop, agrémenté de quelques collages, Trente est aussi un éloge de l’anti-bonheur et de la rébellion, pour toutes celles qui dansent, le mascara coulant, sur Only Happy When it Rains de Garbage.

Lire sur La Presse+

Lire sur La Presse

Plus…

Le début de la fin?

[…] L’écriture de Marie Darsigny rappelle sans équivoque l’angoisse de Nelly Arcan. Le croisement de l’anglais et du français, en plus de l’ajout de caractères en gras, nous dévoile la voix unique de l’auteure qui réussit à nous toucher avec un langage poignant et révélateur. Trente est ainsi une œuvre nécessaire qui confronte la société à ses propres valeurs et qui, je l’espère, permettra de la voir basculer du bon côté.

Lire sur La Recrue

Plus…