À l’approche du 6 décembre

Dans le cadre des 12 jours d’action pour l’élimination des violences faites aux femmes et de la commémoration de la tuerie de Polytechnique, nous vous invitons à lire et relire un cri un chant des voix. Livre choral, il retrace le parcours de Diane Trépanière, artiste ayant voulu faire de son oeuvre un lieu de mémoires vivantes. Autour d’installations commémoratives, elle est allée à la rencontre des femmes, les invitant à ne pas se taire, à se souvenir. À l’occasion du 25e anniversaire de l’événement, plusieurs écrivaines, militantes et proches des victimes ont également été conviées à réfléchir au sens de cette tragédie. Généreux en mots et en images, un cri un chant des voix ouvre un espace de guérison et de réappropriation à la fois intime et collectif.

Avec des textes de Martine Audet, Joséphine Bacon, Catherine Bergeron, Julie Chateauvert, Louise Cotnoir, Denise Desautels, Louise Dupré, Sylvie Gagnon, Martine Haviernick, Nadine Haviernick, Sylvie Haviernick, Louise-Andrée Lauzière, Valérie Lefebvre-faucher, France Théoret et Élise Turcotte.

Disponible ici

Plus…

À la mémoire de la tragédie de Polytechnique

Ce livre-mémoire, publié à l’occasion du 25e anniversaire de la tuerie, est aussi là pour que nous n’oubliions rien du drame de cette moitié de l’humanité –les femmes, trop souvent bafouées, asservies, mutilées et tuées. Mais aussi pour célébrer leur résilience, leur force et leur courage ; pour rendre hommage à leur détermination, leur solidarité et leur quête d’autonomie et de liberté, par-delà les stéréotypes réducteurs.

D’images et de mots, ce livre est à la fois le récit détaillé d’un processus et l’expression d’un aboutissement. Décrivant les matériaux utilisés et des espaces occupés, il offre aussi de riches réflexions sur les répercussions de la tuerie de Polytechnique au fil du temps et rend palpables les émotions suscitées. […]

La facture soignée, l’impression couleur de qualité et la mise en page originales en font une oeuvre d’art en soi. Les textes, poétiques, profonds et percutants, s’accompagnent de photographies où transpercent l’authenticité et la beauté des personnes associées au projet.

Plus…

Polytechnique: se souvenir pour agir

[…] La démarche exemplaire de Diane Trépanière mérite d’être soulignée. Les quatre installations multimédias sont représentatives d’une forme d’art collaboratif où artiste et public contribuent à enrichir la réflexion et à laisser des traces. D’abord présentées en 1999, dix ans après les faits, ces installations ont été reprises dans plusieurs lieux lors de la Marche mondiale des femmes en 2000 et enrichies par un ouvrage collectif en 1999 et par des ateliers de création dans divers groupes de femmes au cours des 15 années suivantes. L’exposition et la publication du livre représentent donc l’aboutissement d’un cycle créatif où se mêlent plusieurs voix unies par une volonté de commémoration, de réparation et de lutte. […]

L’ouvrage retrace le parcours de Diane Trépanière, reproduit les installations et leurs diverses mises en œuvre et s’enrichit des contributions de celles qui, au fil des ans, ont poursuivi une démarche similaire. Ce que nous suggère cet ouvrage, c’est une autre force d’alliance/dans une pluralité de voix/gardiennes de mémoire/messagères d’une parole/solennelle et vigilante (p.135). Une polyphonie de chagrin, de colère et d’espoir.

Lire sur À Bâbord

 

Plus…

un cri un chant des voix: L’art, mémoire vivante du drame de Polytechnique

Le 6 décembre 1989, je n’avais que deux ans. Ce n’est donc que bien des années plus tard que j’ai pris conscience de l’ampleur du drame qui s’est déroulé ce jour-là. Un peu plus chaque jour, je me sens interpellée par la violence qui a été déployée contre ces quatorze femmes qui, pour reprendre les mots de Diane Trépanière, «trouvèrent la mort parce qu’elles étaient des femmes». C’est pour garder leur mémoire vivante qu’elle a créé l’installation artistique un cri un chant des voix en 1999. Dans la foulée du vingt-cinquième anniversaire de la tuerie de l’École Polytechnique paraît, aux Éditions du Remue-ménage, un livre éponyme qui témoigne du chemin que l’installation a parcouru depuis les terribles événements.

Diane Trépanière est une artiste interdisciplinaire féministe qui travaille principalement avec la photographie. Dans le livre un cri un chant des voix, elle retrace les étapes marquantes de sa pratique artistique jusqu’à l’appel de projet commémoratif lancé à l’aube du dixième anniversaire de la tragédie. Celle qui voit la photographie comme un témoin à la fois de l’absence et de la présence, du passé et du présent a senti qu’il s’agissait d’un médium tout indiqué pour honorer la mémoire des victimes de ce crime haineux. Si son projet n’a pas été retenu pour la place du 6-décembre-1989, dans Côte-des-Neiges, Trépanière concrétisera tout de même son idée sous forme d’installation, dévoilée pour la première fois à la Maison de la culture du Plateau-Mont-Royal en décembre 1999. […]

Lire sur Les Méconnus

 

Plus…

Entretien avec Diane Trépanière et Louise-Andrée Lauzière

Dans le cadre de la chronique La Brique ou le Livre de décembre, Marie-Ève rencontre Diane Trépanière et Louise-Andrée Lauzière afin de discuter autour du livre Un cri un chant des voix: à la mémoire de la tragédie de Polytechnique. Livre d’art, de deuil, de mémoire, celui-ci présente le processus individuel, collectif et communautaire de l’artiste visuelle, photographe, féministe, Diane Trépanière. Comment se souvenir de Polytechnique, cette tuerie qui a fait disparaître 14 femmes et en a blessé plusieurs autres? Cet ouvrage est un pas dans ce sens.

Avec une lecture du texte Stigmates de Valérie Lefebvre-Faucher, lu par Louise-Andrée Lauzière.

«J’aime mieux ne pas y penser. J’ai la chance de pouvoir oublier. Mais il reste là, ce souvenir d’un soir de peur, un soir de lampions aux fenêtres et d’insomnie, la prise de conscience d’un combat que je croyais passé, où ma mère en colère m’a parlé comme à une adulte. C’est une présence enfouie. Rappelée par les menaces, les meurtres. Un devoir de mémoire pour lequel on ne fait même pas d’effort tant il cogne à notre porte lorsqu’on est féministe.»

Écouter sur CHOQ

Plus…