Pour une grammaire non sexiste

— Céline Labrosse

14,95 $
Ajouter au panier
partager

Pour une grammaire non sexiste

— Céline Labrosse

Depuis une décennie ou deux, on cherche par tous les moyens à désexiser la langue française, mais la tâche est ardue. Plusieurs tentatives se sont révélées insatisfaisantes. En mettant les femmes entre parenthèses, en les cachant derrière une barre oblique ou en les enserrant dans l’étau d’un double tiret, ne fait-on pas que confirmer que le masculin inclut le féminin?

Céline Labrosse propose non seulement une réflexion des plus pertinentes sur la désexisation de la langue française, mais aussi des pistes inédites qui respectent la rigueur, la clarté, le génie de cette langue. Parmi ces pistes, la plus étonnante et la plus séduisante est sans doute la réactivation de formes et de règles antérieures. Car une langue vivante ne se contente pas de créer des mots nouveaux et de s’enrichir de mille et une influences; elle se ressource à même ses propres richesses, retrouve des formes oubliées, les réinvente.

ISBN: 978-2-89091-148-2 1996 14 • 21,5 cm 106 pages Version papier épuisée

Céline Labrosse

  • Introduction
  • Chapitre 1: La muettisation des femmes à l’ère de l’invention du «bon» usage
  • Une nouvelle organisation sociale
  • L’exclusion des femmes du domaine public
  • Le Parlement
  • L’Académie française
  • Les études supérieures
  • La correspondance
  • L’insistance sur la «différence»
  • La vertu du silence
  • Chapitre 2 La rhétorique de la prédominance du masculin sur le féminin
  • L’analogie entre sexe et genre grammatical
  • Les genres selon les grammariens ou l’histoire d’une hiérarchie
  • La suprématie du genre masculin
  • Le genre masculin : un genre non marqué ?
  • Et le féminin ?
  • L’utilisation du masculin qui porte à confusion
  • Chapitre 3 Regard féministe sur le fonctionnement du genre
  • Les relations entre langue et société
  • La nécessaire présence du genre ?
  • Le fonctionnement du genre en français
  • Les noms
  • Les pronoms
  • Les déterminants
  • Les adjectifs et les participes passés
  • Propositions pour une dégenrisation partielle des adjectifs
  • Les adjectifs se terminant par une consonne
  • Les adjectifs en –al, -ale deviennent –ale
  • Les adjectifs en –el, -elle deviennent –èle
  • Les adjectifs en –il, ille deviennent -ille
  • Les autres adjectifs en –l, -le deviennent -le
  • Les autres adjectifs en –l, -le deviennent -le
  • Les adjectifs en –r, -re deviennent -re
  • Les adjectifs en –c, -que deviennent -que
  • Les adjectifs en –s, -(s)se deviennent -sse
  • Les adjectifs en –t, -te deviennent -te
  • Les adjectifs en –x, xe deviennent -xe
  • Les adjectifs se terminant par une voyelle
  • Les adjectifs en –ées, és deviennent –ez
  • Les adjectifs en – ies, -is et –ues, -us deviennent iz et –uz
  • L’émergence des formes bivalentes dans les adjectifs
  • La dérivation de la règle de proximité
  • Autres avenues
  • L’alternance des genres
  • L’accord avec quelqu’un
  • L’emploi de soi et soi-même
  • Rappel des changements proposés
  • Conclusion
  • Notes
  • Bibiographie
  • Glossaire
  • Annexe