« For Today I Am a Boy » et « J’ai peur des hommes » : deux livres pour explorer les limites du genre

De la performance forcée de la virilité que lui imposait sa vie d’avant, à la violence qu’elle vit quotidiennement comme femme trans, la seule échappatoire de l’artiste réside dans la pensée.

Alors qu’elle réfléchit au fil reliant la masculinité toxique, la misogynie, l’homophobie et la transphobie, Shraya imagine un monde où les contraintes de genre seraient moins restrictives ou carrément inexistantes. Son écriture douloureuse, bouleversante est transpercée de douceur alors qu’elle implore le lecteur de faire mieux, d’embrasser la différence, de comprendre que la haine est plus insidieuse que dichotomique. […]

 

Lire sur Le Devoir.

Plus…

COVID-19 : une crise à deux vitesses

Parmi ces travailleurs de première ligne, surtout dans le milieu de la santé et des services sociaux, on trouve beaucoup de femmes. « Quand la vie est touchée, c’est le soubassement de notre système, ce qui nous tient en vie, observe Julie Perreault, coautrice de l’essai Le care : éthique féministe actuelle (Éditions du remue-ménage). Le travail invisible est vital, mais il est mal rémunéré. Or, ce qui n’est pas payé n’est pas reconnu à sa juste valeur. Je pense aux préposées aux bénéficiaires, entre autres. » […]

Lire sur La Presse.

Plus…

La libraire à vélo

Et que lit-on, pendant son confinement ? Parce qu’une libraire n’est pas tenue au secret professionnel, Camille s’autorise, pour les besoins de la cause, à jeter un œil à ce qui se cache dans l’enveloppe qu’elle s’apprête à glisser dans la boîte aux lettres : deux recueils de poésie — Si j’étais un motel, j’afficherais jamais complet (Éditions de Ta Mère), de Maude Jarry, et Hochelagurls (Éditions de l’Écrou), d’Audrey Hébert — ainsi que Le carnet écarlate (Éditions du remue-ménage), d’Anne Archet, des fragments érotiques lesbiens. « C’est vraiment une bonne lecture quand on est confinée », lance la livreuse lettrée, tout sourire […].

Lire sur Le Devoir.

Plus…

9 livres féministes à lire ou à relire en ces temps de confinement

Les auteur·trices apportent leurs regards d’expert·es sur les spécificités du discours et des actions anti-féministes. De la mise à mal de la condition masculine à la nostalgie du « c’était mieux avant », cette compilation de propos dénonçant toujours la liberté et l’égalité que revendiquent les féministes pour les femmes permet de mieux les comprendre afin de mieux les contrer. […]

 

Lire sur RTBF.be

Plus…

« Perdre haleine » : Anne Archet, la Proust de la branlette

Personne ne sait mieux qu’Anne Archet qu’il n’y a pas de plaisir dans un livre qui parle de sexe si ce plaisir ne passe pas d’abord par celui des mots, ceux que l’on choisit comme ceux que l’on exclut de crainte d’embrasser des clichés (les clichés agissant sur l’excitation comme un puissant extincteur). […]

 

Lire sur Le Devoir.

Plus…

L’école est-elle larguée en matière d’éducation sexuelle ?

Pour Gabrielle Richard, sociologue et chercheuse québécoise spécialiste des questions de genre et d’éducation et autrice de Hétéro, l’école ?, sorti le 13 février aux éditions du remue-ménage, le manuel remplit en effet le vide laissé par l’Education nationale en matière d’éducation à la sexualité. On part de loin : “Souvent ça n’a même pas lieu, constate-t-elle auprès des InrocksQuand ça a lieu, c’est encore très axé sur la biologie, la reproduction. L’idée, ce n’est pas de dire que ce n’est pas utile et important d’en parler, mais est-ce que ce n’est que ça la sexualité ? Non, ce n’est même qu’une partie relativement peu importante dans la vie des jeunes qui vont s’explorer sur le plan sexuel et sur le plan identitaire.” […]

Lire sur Les Inrocks.

Plus…