Offre de stage: Chargée de projet – vidéo et nouvelles technologies

Maison d’édition indépendante, Remue-ménage publie de la littérature féministe – essais, fiction et jeunesse – depuis 1976. Bénéficiant depuis quelques années d’un fort regain d’intérêt et d’une croissance notable de son lectorat, Remue-ménage y voit l’occasion d’améliorer sa diffusion et de conquérir de nouveaux publics à l’aide des outils audiovisuels et du web. En collaboration avec la directrice littéraire ainsi qu’avec la directrice artistique des Éditions du remue-ménage, la chargée de projet – vidéo et nouvelles technologies sera responsable de la mise sur pied de ce nouveau chantier tout au long de l’année 2018.

Principales responsabilités

  • Réaliser des vidéos inspirées des livres publiés aux Éditions du remue-ménage;
  • Réaliser des entrevues vidéo avec les auteures de la maison;
  • Réaliser des photographies d’auteures, des événements, etc.;
  • Participer à l’élaboration des plans de communication des livres;
  • Bonifier les stratégies de diffusion en lien avec les médias sociaux;
  • Intégrer de nouveaux contenus sur le site web.

Compétences recherchées

  • Excellente capacité d’organisation
  • Créativité, autonomie et polyvalence
  • Solide expérience dans les médias audiovisuels
  • Très bonne connaissance des nouvelles technologies
  • Maîtrise des logiciels de montage et de retouche d’images
  • Très bonne connaissance du web et des médias sociaux
  • Fort intérêt pour les enjeux féministes au Québec et à l’international
  • Très bonne capacité à travailler en équipe
  • Excellent niveau de français écrit et parlé

Il s’agit d’un poste de 30 semaines (avec une possibilité de 52 semaines) à raison de 40 heures par semaine. Les candidates doivent être admissibles à la subvention salariale d’Emploi-Québec. Le salaire minimum en vigueur sera offert, mais la stagiaire se verra offrir des formations durant l’année. L’entrée en poste se fera en avril.

Faire parvenir votre candidature, d’ici le 2 mars 2018, à l’adresse suivante :  [email protected]

Plus…

Une ressource majeure pour la condition féminine dans Parc-Extension

Depuis le mois de novembre, la Maison Parent-Roback (MPR) est installée sur la rue Jean-Talon. Ce centre rassemble 17 organismes et regroupements qui œuvrent pour les droits des femmes dans divers champs d’expertise.

Depuis plus de 20 ans, la MPR est un espace de référence pour la cause des femmes au Québec. Historiquement installée sur la rue Sainte-Thérèse dans le Vieux-Montréal, cette maison qui porte les noms de deux militantes célèbres de la condition féminine, Madeleine Parent et Léa Roback, a déménagé récemment au coin des rues Jean-Talon et Durocher. […]

Lire sur le Journal Métro

Plus…

Les libraires craquent

[…] Dans son essai Les angles morts, paru en 2017 aux Éditions du remue-ménage, Conradi partage avec nous son expérience et pose un regard lucide et critique sur plusieurs sujets et enjeux sensibles: consentement, culture du viol, austérité, islamophobie, relations avec les Premières nations, tous des angles morts, des sujets qui font détourner le regard. Brillamment, Conradi porte son message avec audace et courage, et l’engagement sincère de cette femme est contagieux. Un livre que vous devez lire en tant que citoyen, pour contribuer au mieux vivre ensemble.

Lire sur Les libraires

 

Plus…

Faire partie du monde… et le transformer pour mieux l’habiter

Au départ, j’ai souhaité lire ce recueil parce que l’écoféminisme, courant féministe peu et mal connu, m’intriguait pour sa capacité à faire interagir le féminisme et l’écologisme. Étant moins familière avec certains concepts et enjeux discutés, il m’a fallu prendre le temps d’apprivoiser le contenu théorique du livre, mais je l’ai refermé exaltée par les nouvelles perspectives sur le monde que j’y ai puisées. […]

Faire partie du monde est incontestablement un ouvrage que je conseille à celles et ceux qui souhaitent apprivoiser les idées écoféministes dans leur diversité foisonnante, s’engager un peu plus dans ce monde que nous habitons toutes et tous ensemble, s’indigner et trouver l’élan nécessaire pour lutter, résister et créer un monde meilleur.

Lire sur Le fil rouge

 

Plus…

Entrevue – 30 ans après l’arrêt Morgantaler

[Mickaël Bergeron] Il y a évidemment un mouvement féministe qui a aidé à mettre en place tout ce droit et ce consensus…

[Louise Desmarais] Oui, absolument. On oublie souvent qu’il y a eu le front juridique, mais, en même temps, qui a mené la bataille politique, la bataille des services? C’est le mouvement féministe à partir de 1980. […]

Écouter sur CKIA

Plus…