L’argent dans le couple, dernier tabou

Pourtant, si l’on est bien obligé de sortir parfois la calculette, le sujet reste encore largement tabou. Selon la sociologue Hélène Belleau, qui a mené l’enquête auprès de 3000 couples pour son livre L’Amour et l’Argent (Éditions du remue-ménage, 2017), 40 % d’entre eux ne discuteraient jamais de leur organisation financière. […]

Lire sur Le Figaro

Plus…

« Dix lignes pour les filles, une ou deux pour les garçons »

Pour Gabrielle Richard, sociologue du genre à l’Université Paris-Est-Créteil et à l’Université du Québec à Montréal, ainsi qu’autrice de Hétéro, l’école? Plaidoyer pour une éducation antioppressive à la sexualité, les règles vestimentaires ne sont qu’un symptôme d’une sphère scolaire trop normative, qui peine à sensibiliser les élèves sur les stéréotypes de genre.

Les élèves mobilisés autour des hashtags #Lundi14septembre et #Balancetonbahut jugent les règlements intérieurs de leurs établissements discriminants. Est-ce le cas? Les codes vestimentaires qui s’appliquent à policer les vêtements des jeunes sont éminemment sexistes. Ils s’appliquent presque uniquement au corps des femmes. Il suffit de voir les photos de règlements intérieurs qui circulent en ligne, et où souvent une dizaine de lignes sont consacrées aux filles, contre une ou deux aux garçons. […]

Lire sur Libération

Plus…

Franc succès pour la journée J’achète un livre québécois

L’initiative J’achète un livre québécois, lancée en 2014, a connu sa deuxième meilleure année en 2020. […] Enfin, le dernier palmarès distingué par la BTLF regroupe les autres catégories. S’y trouvent en tête de liste le livre de recettes Ces muffins dont tout le monde parle, de Madame Labriski, La vie n’est pas une course, de Léa Stréliski, et Le boys club, de Martine Delvaux.

Lire sur Radio-Canada Arts

Plus…

« Les sages-femmes aident leurs patientes à retrouver un contrôle sur leur propre existence »

Une seule phrase de ce livre définit les sages-femmes comme les pires des sorcières. Ce passage est repris dans les années 70 par l’écrivaine féministe américaine Barbara Ehrenreich pour montrer la répression menée au fil des siècles contre les femmes médecins. […]

Lire sur Libération

Plus…