Martine Delvaux remporte le Grand Prix du livre de Montréal

«Ça me fait vraiment plaisir que ce livre-là, un essai féministe, remporte un prix important comme le Grand Prix du livre de Montréal. C’est doublement, triplement, satisfaisant », a réagi l’écrivaine et militante féministe Martine Delvaux, lundi. Dans son essai, l’autrice se penche sur la persistance des cercles de pouvoir masculins et sur la façon dont ils sont représentés dans la culture populaire (à la télévision et au cinéma, notamment). Les Éditions du remue-ménage décrivent l’ouvrage comme une invitation « à considérer l’entre-soi des hommes comme un phénomène régressif. Un dispositif à profaner, déconstruire, refuser ». […]

Lire sur La Presse +

Plus…

Martine Delvaux, lauréate du Grand Prix du livre de Montréal 2020 pour Le boys club

« Cet essai est une vigie. Dans sa mire, il y a l’oppression patriarcale qui s’est pétrifiée en système et les comportements qui sont à l’œuvre dans une structure trop souvent invisible. […] Le boys club nous livre une déconstruction formidable par la quantité de ses exemples. L’effet pourrait être chagrin, mais l’ouvrage se clôt sur un souhait : l’invention d’une structure qui donne une place au corps de toutes et tous, qui donne une place à la vie », a souligné le jury du Grand Prix du livre de Montréal. […]

Voir le communiqué de la Ville de Montréal

Lire sur le site de la Ville de Montréal

Plus…