Recension de Faire justice | « Je pense que c’était un livre nécessaire. »

Elsa Deck Marsault parle de son livre Faire justice: Moralisme progressiste et pratiques punitives dans la lutte contre les violences sexistes dans Le Devoir.

« Mme Deck Marsault s’adresse d’abord aux militantes des organisations féministes, et plus largement aux milieux progressistes. Elle tient d’ailleurs à se démarquer fondamentalement d’un certain anti-wokisme de gauche, comme celui de la sociologue Nathalie Heinich, qui parle carrément d’un nouveau totalitarisme concentré dans la culture du bannissement et la dénonciation publique.

 » La différence, c’est que, moi, je me place depuis ces milieux-là pour produire une critique qui soit finalement une autocritique », dit Elsa Deck Marsault, en expliquant son non-emploi du terme « woke », qui ne se retrouve d’ailleurs pas dans son livre. « Je dis finalement qu’une fois les reproches faits, il faut aller ailleurs : dans un sens qui soit meilleur, dans un sens qui soit plus efficace sur un plan politique. C’est vraiment pour renforcer la lutte politique de gauche que je produis cette critique. » »

Plus…