Les libraires craquent

Dans ce premier livre, Caroline Dawson évoque son déracinement, après son arrivée au Québec, dans une petite ville proche de Montréal. Funambule entre les normes, l’autrice nous invite au cœur d’une multitude de récits qui lui sont propres. Entre la famille, les amis et les souvenirs, Caroline ouvre cette porte vers l’intimité de son histoire. Les chapitres décrivent la complexité des questions identitaires et cette culture qui ne lui colle jamais entièrement à la peau. Là où je me terre se nourrit de fragments intimes qui traduisent l’ampleur des réalités sociales d’une femme racisée et immigrante, et ce qu’elle doit être.

Plus…

L’immigration au féminin

C’est l’histoire d’une fillette déracinée qui deviendra femme dans un pays qui n’est pas le sien que souhaitait raconter l’écrivaine d’origine chilienne Caroline Dawson. Là où je me terre, c’est son histoire d’immigration et sa bataille pour trouver sa place dans un Québec étranger. Et la preuve que la joie et l’amour de la famille peuvent adoucir la grande aventure de la quête identitaire.  […]

Lire sur le Journal de Montréal

Plus…

« Là où je me terre » : la colère et la gratitude de Caroline Dawson

[…] La force de ce roman en grande partie autobiographique réside en ce que la colère n’y entame jamais la gratitude, et en ce que la gratitude n’y ramollit jamais la colère de constater que le confort des mieux nantis continue de s’édifier sur le labeur mal rémunéré de celles qui ne peuvent dire non. «Sous la propreté que ma mère faisait advenir, il y avait leur crasse.»

Lire sur Le Devoir

Plus…