Mères et autrices

« Quand elle (Caroline Dawson) s’est lancée dans son roman, Là où je me terre, sa fille venait de naître et son fils avait 5 ans. L’écriture commençait donc pour Caroline Dawson une fois ses enfants couchés, ponctuée d’éventuelles interruptions. Quatre ans plus tard, ils sont loin d’être complètement indépendants, note-t-elle avec humour : « S’ils ont faim, je ne peux pas leur dire : “Maman est inspirée, tu feras ta collation plus tard” ! (…) Ça fait en sorte que je ne peux pas rentrer dans une épopée chaque jour parce que je ne peux pas écrire huit heures de suite », dit-elle, précisant qu’il s’agit d’une des raisons principales derrière le fait que son livre est écrit en fragments. « Et dans ce sens, j’ai peut-être une écriture un peu maternelle, comme je la retrouve chez beaucoup de femmes écrivaines qui sont également mères. » -Caroline Dawson dans La Presse au sujet de son écriture comme mère. Pour lire l’article. 
Plus…