Ville féministe parmi les choix de la rédaction de Nouveau Projet

Dans les « 25 suggestions de livres à parcourir cet été » de Nouveau Projet, Julie Francoeur recommande Ville féministe de Leslie Kern. Ici pour lire l’article.

Le patriarcat est gravé dans la pierre et le béton de nos villes. Dans cet essai, Leslie Kern s’intéresse à la géographie des corps féminins, ceux des mères qui se meuvent dans la ville—«je pourrais commencer par mes épaules endolories à force de pousser tant bien que mal ma poussette dans les rues glacées et enneigées de Toronto»—, ceux des amies qui y flânent—«pour le commun des mortelles, l’amitié fait effectivement partie de la trousse de survie en milieu urbain»—, ceux des manifestantes qui y luttent—«même dans les cercles militants, les femmes sont en danger». C’est ce point de rencontre entre les corps et les villes qui amène l’autrice à réfléchir à ce que serait une «ville féministe». On ne s’étonnera pas de trouver en filigrane une réflexion sur la gentrification de nos quartiers, qui bénéficie à certaines femmes et qui nuit à d’autres. 

À lire, au parc, avec ses copines.

Plus…

Ville féministe dans la Revue Topophile

Une recension de VILLE FÉMINISTE de Leslie Kern dans la Revue Topophile — l’ami·e des lieux | la revue des espaces heureux. Pour lire l’article. 

«Les études urbaines privilégiant le genre sont encore rares, aussi convient-il de saluer cet ouvrage de la géographe Leslie Kern, qui dirige des recherches sur le genre à l’Université Mount Alison au Nouveau-Brunswick. Évitant toute langue de bois, l’auteure rend compte, subjectivement, de sa propre expérience de femme enceinte (où s’asseoir ?), puis de jeune mère (comment prendre le métro avec une poussette encombrante ?) et enfin de femme qui refuse d’offrir son corps au voyeurisme ambiant, dans des contextes urbains différents (Londres, Paris, New York, Toronto…).» —Thierry Paquot, Topophile

Plus…

Le droit de flâner en toute sécurité

On parle de Ville Féministe dans LA GAZETTE DES FEMMES.

« (…) l’essai Ville féministe de Leslie Kern est une véritable lettre d’amour aux villes. La géographe célèbre ces lieux de sororité, de découvertes culturelles, de militantisme et de rencontres. Des endroits où, c’est son souhait, les flâneuses n’auront plus à s’armer de courage pour en profiter pleinement. » -Sylvie Paré

Pour lire l’article 

Plus…